Zoekveld

Pourquoi les femmes le préférent rasé ?
12/08/2016 - 12:28

L’épilation pubienne gagne du terrain, même l’épilation complète. Des spécialistes américains se sont demandés pourquoi cette tendance s’était accentuée : phénomène de mode ou raisons profondes ? Pour répondre à la question, ils ont mené une enquête auprès de 3372 femmes âgées entre 18 et 65 ans ; seules 56 femmes n’ont pas répondu aux questions concernant l’épilation. Les résultats viennent d’être publiés dans la revue JAMA dermatology.

Parmi les répondantes, 84% ont dit être épilées au niveau pubien et 16,2% ont admis n’avoir jamais été épilées. Les motivations pour s’épiler sont diverses. Dans 59% des cas, c’est pour l’hygiène et pour paraitre plus nettes, pour 45,5% c’est une routine et pour 31,5%, c’est pour être plus attirantes. Notons que dans près de 20% des cas, il s’agit aussi de faciliter le sexe oral. La raison principale pour l’épilation est le sexe dans 55%, mais aussi les vacances (45%) et la visite chez un médecin (40%). De manière assez équivalente, un peu plus de 20% dans chaque cas, les femmes s’épilent toutes les semaines, tous les mois ou tous les 3 à 6 mois. Dans une vingtaine d’autres pour cent, l’épilation est occasionnelle et 5% admettent s’épiler quotidiennement !

Néanmoins, une majorité de femmes n’ont jamais subi d’épilation totale (37,9%) alors que 20% le font régulièrement (plus de 11 fois). Dans 93% des cas, les femmes s’épilent elles-mêmes, mais 8% demandent à leur partenaire et 7% à un professionnel.

Le rôle du partenaire est d’ailleurs essentiel puisque c’est souvent à leur demande implicite ou explicite que ce geste est réalisé. Les femmes seules ou sans partenaire régulier s’épilent moins souvent. Les femmes qui s’épilent sont également plus jeunes et ont un niveau socio-économique et intellectuel plus élevé que les femmes qui ne s’épilent pas. Même si la race ne différencie pas significativement les femmes épilées des autres, il semble néanmoins que les femmes de race blanche sont plus souvent épilées que les autres.

Rappelons que si le bénéfice de ce rasage a été la quasi disparition du poux du pubis, communément appelé morpion, les risque du rasoir en particulier chez les femmes obèses ont fait l’objet de quelques publications : irritations, lacérations, abcès, folliculites, ne sont pas rares. Une étude avait montré que 3% des consultations aux urgences pour traumatisme génital avaient pour cause initiale un rasage pubien.

Pubic Hair Grooming Prevalence and Motivation Among Women in the United States