Zoekveld

Quotas de médecins - Marcourt presse De Block de se prononcer sans tenir compte des pressions flamandes
13/07/2016 - 05:13

Le ministre francophone de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, a pressé mercredi la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, de décider rapidement au sujet de la clé de répartition de quotas de numéros Inami entre médecins francophones et flamands, malgré la vive opposition affichée la semaine dernière en Flandre.

"L'important, ce n'est pas le débat sur la clé (de répartition). Ce qui compte, ce sont les besoins à Bruxelles et en Wallonie! ", a martelé le ministre PS, rappelant la situation de déficit en praticiens au sud du pays qui est contraint en conséquence à importer "par centaines" des médecins étrangers.

Après une analyse détaillée des besoins en praticiens, la commission de planification a suggéré le mois dernier de revoir la clé de répartition des numéros Inami entre médecins flamands et francophones.

A l'heure actuelle, le nord du pays bénéficie de 60% des attestations, les 40% restants étant attribués à des médecins francophones.

Mais vu les besoins présents et à venir en praticiens en Wallonie et à Bruxelles, la commission recommande à la ministre Open Vld de modifier cette clé vers un rapport 56,5/43,5. La suggestion a hérissé la N-VA, mais aussi la ministre CD&V de l'Enseignement supérieur flamand, Hilde Crevits, ou le recteur de la KUL (et ancien sénateur CD&V) Rik Torfs.

"Retenir un chiffre macro sans tenir comptes des réalités régionales qui sont différentes entre la Flandre, la Wallonie et Bruxelles, n'a aucun sens! ", a jugé M. Marcourt qui répondait à une question sur le sujet du député Ecolo Philippe Henry.

Fin 2014, M. Marcourt s'était engagé, comme le lui demandait Mme De Block, à limiter le nombre d'étudiants dans la filière médicale pour respecter le contingentement fédéral.

En échange, la ministre fédérale avait promis de délivrer un numéro Inami à tous les étudiants engagés alors dans ces études et à réaliser un cadastre dynamique pour objectiver les besoins présents et à venir en praticiens.

"Elle n'a tenu jusqu'à présent aucun de ses engagements! ", a déploré mercredi M. Marcourt, alors que la Fédération a, elle, bel et bien mis en œuvre son filtre aux études médicales.