Formulaire de recherche

La ministre de la Santé publique, Maggie De Block, ne tolère pas que certains médecins évitent de ne faire payer que le tiers payant à des patients en difficultés financières.

Une mise au point concernant le tiers-payant social a été envoyé mardi par le bureau du GBO.

L’application obligatoire du tiers payant pour les patients BIM (bénéficiaires de l’intervention majorée) devait prendre effet le 1er juillet de cette année. Elle a été postposée au 1er octobre pour des raisons techniques liées à l’impréparation des firmes de software.

Le Front commun (FC) des organisations médicales (ABSyM/BVAS – Cartel – SVH) des prestataires des soins (AXXON – AIIB) et des professions libérales (UNPLIB) s’est réuni ce jeudi 1er octobre. Il constate que les conditions techniques d’application ne sont toujours pas réunies et exige donc un nouveau délai.

Dans une lettre ouverte à la ministre De Block, le Dr Moens et le Dr de Toeuf s'adressent à la Ministre au sujet de la réglementation TPO dans le futur.

Si une tolérance provisoire est accordée au généraliste informatisé dont le logiciel n’est pas encore à jour, le 1er Octobre signifiera pour l’ensemble des généralistes l’obligation légale d’appliquer le régime du tiers payant pour les BIM.

l'ABSym confirme qu'une période de transition sera mise en place durant laquelle le remboursement des prestations de soins des généralistes pourra encore être effectué 'manuellement'

Les Mutualités chrétiennes sont parties à la recherche de leurs affiliés qui ont droit à une intervention majorée dans les remboursements de soins de santé mais qui l'ignorent. Un mesure fédérale récente leur permettra d'être avertie par le fisc dès qu'une personne se trouve sous le plafond de revenus qui donne droit au statut BIM (bénéficiaire de l'intervention majorée).

Le système de tiers payant obligatoire pour les BIM a obtenu ce vendredi le feu vert du conseil des ministres. Cette mesure sera évaluée après un an.

L’inflation des contraintes, des contrôles, des restrictions budgétaires, des tâches administratives imposées et non rémunérées, tout cela au détriment des soins au patient, conduisent de plus en plus de médecins à envisager un changement d’activité ou un départ prématuré à la retraite.

Pages