Formulaire de recherche

Les applications pour smartphones font flores et celles qui concernent la médecine ne font pas exception à la règle. Certaines proposent même de plus en plus aux patients de se prendre en charge lui-même. Sans parler de leur dangerosité potentielle, des chercheurs se sont demandé si elles sont efficaces, notamment pour un meilleur contrôle pondéral.

L’information vient d’être publiée dans le British Medical Journal et concerne l'impact des applications renseignant des réseaux géosociaux (GSN) sur la propagation des IST. Ces réseaux sont devenus, en effet,  le principal moyen pour faire des rencontres à caractère sexuel. L’étude porte ici sur les gays, mais peut aussi bien être transposées dans toutes les catégories.

La Fédération des Centrales de Services à Domicile a présenté le système pour smartphones "SAFA" (Services d'Aides aux Familles et aux Ainés)

La Ligue Cardiologique Belge, en partenariat avec la société pharmaceutique Bayer HealthCare, annonce lundi le lancement du CardioPass, une application gratuite pour smartphone qui informe son utilisateur sur les facteurs de risque cardiovasculaire.

Le smartphone n'est pas forcément l'ami qu'on croit pour la santé, en dépit des applications mobiles promettant de l'améliorer qui pullulent au salon high-tech International CES à Las Vegas. "Il est toujours chaud, rangé dans des endroits sombres, les bactéries se développent sur votre téléphone", prévient Dan Barnes, co-fondateur de la société américaine Phonesoap. Cette dernière présente au CES une boîte de stérilisation, qui tue les bactéries du téléphone en même temps qu'elle le recharge. "Tout a commencé au collège", raconte Dan Barnes.

L'année 2014 sera l'année du mobile. C'est en tout cas l'avis de tous les experts du web.

Et ce n'est pas vous qui les contredirez ! Vous êtes de plus en plus nombreux à posséder une tablette ou un smartphone et à les utiliser pour lire vos e-mails…et PharmaPlanet News !

Une tendance confirmée par nos enquêtes chez les pharmaciens* qui indiquent, entre autre,  que vous êtes 49% à posséder un smartphone et 47% une tablette.

L'année 2014 sera l'année du mobile. C'est en tout cas l'avis de tous les experts du web.

Et ce n'est pas vous qui les contredirez ! Vous êtes de plus en plus nombreux à posséder une tablette ou un smartphone et à les utiliser pour lire vos e-mails…et MediPlanet News !

Une tendance confirmée par notre premier baromètre de l’usage des NTIC chez les médecins* qui indique, entre autre,  que vous êtes 63% à posséder un smartphone et 43 % une tablette.

Certains ostéopathes conseillent à leurs patients souffrant d'électrosensibilité de troquer leur iPhone pour des smartphones moins puissants. A partir de mars 2014, les fabricants de GSM et smartphones devront indiquer plus clairement le rayonnement de leurs appareils, peut-on lire mardi dans L'Avenir.     

Après avoir subi une prise de sang qui révélait un dysfonctionnement de la thyroïde, un patient s'est tourné vers son ostéopathe. Celui-ci a constaté 'un manque d'énergie dans tout le haut du corps de l'homme'.

Et ne perdez aucune donnée ! En effet, passer d’un smartphone fonctionnant avec un OS vers un autre avec un autre OS n’est pas sans poser des soucis. En effet, il est essentiel de ne pas perdre vos précieuses données. Pour ce qui est des programmes, la plupart de ceux-ci se retrouvent sous différents systèmes. Le format des données est par contre le plus souvent propriétaire. Pour cela, vous utiliserez ce que pour quoi les smartphones sont faits : aller sur le Web. Et parmi tous les services offerts, c’est probablement Google qui est le plus complet.

Pages