Formulaire de recherche

Le Conseil d'Etat a donné argument à ceux qui au sud du pays craignent pour une pénurie de l'offre médicale.

Le Conseil des ministres a approuvé jeudi en deuxième lecture un projet d'arrêté royal fixant définitivement les quotas de numéros Inami attribués pour 2023 aux futurs médecins - au nombre de 607 (BIEN 607) pour la Communauté française et de 838 (BIEN 838) pour son homologue flamande - ainsi qu'un avant-projet de loi instaurant un mécanisme de contrôle et de suivi des quotas pour les années suivantes, a annoncé la ministre de la Santé publique, Maggie De Block.

La FEF, le CIUM et les fédérations étudiantes des universités UCL, ULB, ULg et UNamur ont mandaté des avocats pour assigner l'Etat belge en référé au sujet du concours de fin de première année de médecine

« Nous travaillons très sérieusement pour trouver une solution à la double cohorte d'étudiants en médecine, qui termineront leurs études en 2018 » affirme Maggie De Block.

Les étudiants en médecine, les associations de médecins, les doyens et les recteurs se plaignent dans un communiqué de presse commune qu'il n'y a toujours pas de solution pour la double cohorte.

La solution approuvée par le gouvernement dans le dossier des numéros Inami des étudiants en médecine va dans le sens des attentes des étudiants, soulignent les étudiants.

Jean-Claude Marcourt a pris acte de la solution approuvée par le gouvernement fédéral dans le dossier des numéros Inami, qu'il qualifie d'"avancée insuffisante".

Les étudiants qui terminent leur cursus en 2017 recevront une attestation et pourront entamer leur spécialisation ou leur formation de généraliste.

Devant les députés réunis en séance plénière, M. Marcourt a dénoncé un gouvernement fédéral "qui s'assied sur les recommandations de la commission de planification"

Les membres du jury interuniversitaire d'admission aux études de 2e cycle de spécialisation en sciences médicales et dentaires s'impatientent de l'incertitude.

Pages