Formulaire de recherche

Plus d'un Belge sur 4 adhère désormais au Dossier Pharmaceutique Partagé (DPP), indique l'Association pharmaceutique belge.

C'est ce jeudi que la campagne de promotion pour le Dossier Pharmaceutique Partagé a été lancée au niveau du grand public. Nombreux ont été les médias qui ont relayés l'info. Au pharmacien maintenant de jouer son rôle

Plus d'un Belge sur quatre peut voyager le cœur léger, écrit l'APB. En cas de besoin, aux quatre coins du pays, les pharmaciens sont en mesure de lui donner des conseils avisés et personnalisés grâce au DPP

Plus de 3 millions de Belges ont déjà enregistré leur "consentement éclairé" à la consultation de leur dossier pharmaceutique partagé.

Après une polémique lancée par le « Monde » il y a quelques semaines, les pharmaciens français ont réagi en bloc en se prononçant majoritairement pour l’ouverture obligatoire d’un Dossier Pharmaceutique Partagé.

Dans le cadre de la campagne des autorités fédérales visant à sensibiliser le grand public à l'importance du partage électronique des données de santé entre prestataires de soins, un film d'animation sur le consentement éclairé avait été diffusé en ligne. En deux minutes, celui-ci présente clairement les avantages de ce partage de données et explique où les patients peuvent donner leur consentement.

Pour promouvoir concrètement l’utilisation massive du Dossier Pharmaceutique Partagé, l’APB offre à ses membres la connection à FarmaFlux.

Toute personne qui le souhaite peut désormais demander à son pharmacien d'enregistrer son consentement pour le partage de ses données de santé.

L’INAMI vient de donner sur son site le coup d’envoi à une campagne de sensibilisation des patients au partage des données médicales et pharmaceutiques.

En définitive, l’octroi des 430€ à titre d'aide au déploiement de l'eSanté en pharmacie ne sera pas lié au Dossier Pharmaceutique Partagé. Explications de l’APB.

Pages