Formulaire de recherche

Les étudiants inscrits en dernière année de médecine devraient tous recevoir en juin prochain leur numéro Inami, a assuré mardi le ministre de l'Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt (PS). Le CIUM prend acte mais regrette "le jeu de ping pong politique stupéfiant qui a caractérisé la gestion de ce dossier."

Après concertation avec les doyens, le gouvernement de la Fédération vient en effet de prendre les mesures juridiques nécessaires pour permettre aux doyens des facultés de médecine de délivrer les précieux sésames.

Les conclusions du rapport du SPF santé publique qui "fabule sur une hypothétique pléthore de médecins due à la formation excessive d’étudiants en médecine en FWB" fait réagir le CIUM

Dans une lettre ouverte envoyée au Soir et à MediPlanet , le Comité Inter-Universitaire des étudiants en Médecine (CIUM) répond aux doyens des facultés de médecine qui, dans une autre lettre ouverte, avaient menacé les politiques et les étudiants de ne pas distribuer de numéros INAMI.

Le Comité Inter-Universitaire des étudiants en Médecine manifeste son incompréhension suite à la lettre ouverte publiée vendredi par les Doyens et demande que cesse ce jeu incompréhensible des autorités académiques

Jeudi matin, le CIUM se rendra au cabinet du Ministre Jean-Claude Marcourt pour exprimer l’avis des étudiants sur la question du passage des examens de première année de médecine le même jour.

Le Comité inter-universitaire des étudiants en médecine a déploré la décision d'imposer aux étudiants de première année le passage au cours de la même journée de sept épreuves du concours

MediPlanet l’avait déjà annoncé vendredi, l’annonce de la manifestation du 16 octobre a surpris le CIUM qui déplore une manifestation organisée dans la hâte et surtout sans concertation des conseils étudiants locaux.

Alors que le Ministre de l’Enseignement Supérieur s’enferme dans un mutisme inquiétant sur la question de la sélection en médecine, divers acteurs sont récemment intervenus publiquement pour défendre divers systèmes de sélection à appliquer dès la rentrée académique prochaine en première année de médecine. Certains anciens doyens et hommes politiques de l’opposition défendent notamment l’instauration d’un examen d’entrée, qui consisterait en la transformation du test indicatif non contraignant en test contraignant (= examen d’entrée).

Le Comité inter-universitaire des étudiants en médecine (CIUM) appelle à un refinancement des facultés de médecine dentaire pour permettre le maintien d'une formation de qualité, adaptée à une offre étudiante nécessaire et grandissante, indique-t-il lundi soir par la voix de ses vice-présidents dentaires. Il dénonce ainsi la saturation des laboratoires de formation et des pré-cliniques à la suite de l'augmentation du nombre d'étudiants dans les facultés de dentisterie ces dernières années.

L’Association des Médecins Spécialistes Francophones (AMSFr), l’aile francophone du GBS, défend un examen d’entrée aux études de médecine dans tout le pays.

Pages