Formulaire de recherche

Les étudiants en médecine ont appris que le concours au bout de la première année a été suspendu par le Conseil d’Etat suite au recours d’une dizaine d’étudiants provenant de l’Université de Namur.

Le CIUM annonce qu’il engage dès aujourd’hui une procédure juridique à l’encontre du numérus clausus

Le Conseil d'Etat a suspendu mardi le nouveau système de sélection aux études de médecine et dentisterie pratiqué en Fédération Wallonie-Bruxelles.

La haute juridiction a jugé illégal le quota d'étudiants autorisés à passer en 2e bachelier sur base des résultats d'un concours organisé dans les différentes facultés de médecine à la fin du mois de juin.

Une dizaine d'étudiants en médecine de l'UNamur qui n'étaient pas parvenus à se classer en ordre utile au concours de sélection avaient décidé d'introduire un recours en suspension devant le Conseil d'Etat.

Pour éviter une guerre de tranchée entre BAC 1 et tous les autres étudiants en médecine, Quentin Lamelyn, étudiant en 5ème année et Président du Comité Inter-Universitaire des étudiants en Médecine (CIUM) veut tordre le cou à une série d’informations qui circule sur le net « dans des groupes officieux où règne la censure et la désinformation »

Lors de la présentation hier à la chambre des chiffres de la planification médicale Maggie De Block avait évoqué un seuil de viabilité de 300 médecins francophones accrédités par an. Une information qui a fait réagir le CIUM

Une note confidentielle, dénoncée par le NVA, révélait les intentions de la Ministre De Block sur l’augmentation des quotas INAMI pour les francophones. Dans une réaction envoyée à MediPlanet le CIUM fustige la réaction du NVA

Le nombre d'étudiants autorisés à passer en 2e année de médecine l'an prochain sera le même que cette année.

« Une proposition de la commission de planification sonnant comme une ouverture à la révision du contingentement fédéral »  annonce dans un communiqué ce vendredi le Comité Inter-Universitaire des étudiants en médecine (CIUM) après avoir pris connaissance que la commission de planification de l’offre médicale proposait à la ministre de la santé de fixer et augmenter le nombre de numéros INAMI pour l'année 2022 (quotas de cette année).

La N-VA demande à De Block de modifier larépartition, proposée par la Commission de planification de l’offre médicale en faveur des francophones.Le CIUM menace de mobiliser les étudiants.

Pour le syndicat des étudiants en médecine, la FEF met délibérément en péril l'obtention d'un numéro INAMI pour une partie significative des 10.000 étudiants engagés dans le cursus .

Pages