Formulaire de recherche

L'association belge des syndicats médicaux envisage de détricoter l'accord médico-mutualiste pour la période 2016-2017 en raison des "mesures d'économies unilatérales"

"La revalorisation légitime des honoraires en neuropédiatrie et en neurologie, farouchement défendue par l’ABSyM, voit finalement le jour", écrit le Dr. Marc Moens.

Il appartient à chaque médecin d’envisager ou non son déconventionnement à titre personnel, écrit Marc Moens de l'ABSyM.

Près de 4.000 médecins pourraient décider de se déconventionner, met en garde Marc Moens, le président de l'ABSyM.

"Beaucoup de médecins ne sont pas encore conscients qu’en 2017, ils n’auront plus droit au Statut Social de l’INAMI", écrit Marc Moens, président de l'ABSyM.

Le 25 juillet 2016, les membres du Comité de l'assurance de l'INAMI se sont vu remettre la note de vision du Collège Intermutualiste National relative à l'organisation des soins de santé d'ici 2030.

L’ABSyM demande à la Ministre De Block d’entamer une concertation fondamentale relative à l’existence du système d’accords.

L'Association Belge des Syndicats Médicaux se montre critique sur les économies annoncées par le gouvernement fédéral dans le secteur de la santé.

Le gouvernement fédéral a décidé de maintenir la clé de répartition des quotas de numéros Inami entre la Flandre (60%) et la Fédération Wallonie-Bruxelles (40%) pour 2022, contre l'avis de la commission de planification médicale qui avait proposé une répartition plus favorable aux francophones. La ministre de la Santé, Maggie De Block, justifie cette décision par le surplus d'étudiants francophones diplômés ces dernières années.

En réaction à des projets et des allégations visant la fraude des professionnels de la santé L’ABSyM, dans un communiqué jeudi, tient à réagir tout en condamnant les abus.

Pages