Formulaire de recherche

Réforme de la psychothérapie : tant pis pour les psychothérapeutes et tant pis pour les patients !
29/06/2016 - 07:36

La réforme controversée de la psychothérapie de la ministre de la Santé Maggie De Block était débattue ce mercredi en séance plénière de la Chambre. Dans un communiqué le groupe PS a déploré un véritable retour en arrière par rapport à la loi de 2014 qui encadrait strictement l’exercice de la psychothérapie. Car aujourd’hui, Madame De Block veut limiter l’exercice de la psychothérapie aux seuls médecins, psychologues cliniciens et orthopédagogues cliniciens. Exit donc les psychothérapeutes !

Pour la cheffe de groupe PS Laurette Onkelinx, ce changement de cap radical, réalisé sans concertation avec l’ensemble des professionnels du secteur, est totalement incompréhensible : « les patients seront les grands perdants de cette réforme : la future loi de Madame De Block ne permettra pas d’éviter les pratiques nuisibles ou douteuses de certains psychothérapeutes. Elle privera seulement les patients d’une offre de soins suffisante, diversifiée et clairement encadrée, dispensée par des professionnels formés et compétents… ce que proposait justement la loi de 2014. »

Pour le groupe PS, il est inacceptable que madame De Block balaie 10 années de travail et de concertation au parlement pour une réforme qui ne répond absolument pas aux besoins des personnes en souffrance.

Laurette Onkelinx regrette également que la ministre De Block ait géré ce dossier sous un prisme très corporatiste : « madame De Block considère aujourd’hui la psychothérapie comme un acte médical qui doit être fondé sur des preuves : sa sacro-sainte ‘evidence based medecine’… et ignore ainsi l’importance des éléments subjectifs, des éléments de vie et surtout la portée que peuvent avoir les mots dans la relation entre le patient et son psychothérapeute. Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) estime pourtant qu’en cas de dépression majeure, c’est la psychothérapie qui doit être proposée en premier choix. Parce qu’elle est au moins aussi efficace que les médicaments à court terme et qu’elle est plus efficace à long terme. »

Pour le groupe PS, la ministre De Block met aujourd’hui à mal l’essence même de la psychothérapie, bafouant au passage le travail des nombreux professionnels qui, aujourd’hui, apportent une aide efficace et indispensable à celles et ceux qui en ressentent le besoin.