Formulaire de recherche

Planification médicale : le CIUM prêt à mobiliser les étudiants si De Block ne suit pas la proposition de la commission
13/05/2016 - 04:24

« Une proposition de la commission de planification sonnant comme une ouverture à la révision du contingentement fédéral »  annonce dans un communiqué ce vendredi le Comité Inter-Universitaire des étudiants en médecine (CIUM) après avoir pris connaissance que la commission de planification de l’offre médicale proposait à la ministre de la santé de fixer et augmenter le nombre de numéros INAMI pour l'année 2022 (quotas de cette année).

La commission propose également de revoir la clé de répartition des quotas fédéraux, habituellement plus favorables à la Flandre (60%) au détriment de la Fédération Wallonie-Bruxelles (40%). «  C’est à juste titre, que la commission propose d’augmenter la répartition en faveur de la FWB qui, désormais, bénéficiera de 44% des quotas fédéraux au lieu de 40%. Pour rappel, ces quotas fédéraux détermineront les quotas qui seront fixés au terme de la première année de médecine de chaque faculté dès l’an prochain. » se réjouit Quentin Lamelyn, Président du CIUM.

« Alors que jusqu'à présent, 1230 numéros INAMI (+/-30% de marge d'erreur) était le nombre fixé annuellement pour 2019, 2020, et 2021, cette augmentation constitue donc une première étape nécessaire et primordiale à la révision d'un système de numerus clausus inadéquat, périmé et féodal. » poursuit-il. « En effet, dans un pays qui manque cruellement de médecins actifs et dans lequel bon nombre de praticiens tirent la sonnette d’alarme, cette politique de restriction des INAMI n'a plus de sens. »  

A travers ce communiqué de presse, le CIUM, organe de représentation des étudiants en médecine et dentisterie de FWB tient à:  

1. Saluer la décision de la commission d'augmenter les quotas et de revoir la clé de répartition. En effet, de récentes études (Deliege D, 2015) ont démontré qu'à quotas inchangés, seulement 43% des médecins partant à la retraite dans les dix prochaines années seront remplacés en FWB contre 150% en Flandre. Sachant que la pénurie touche davantage les communes et hôpitaux francophones dans diverses spécialités, cette décision de la commission de planification semble fondée sur une réalité évidente et des preuves statistiques.  

2. Saluer l’impact d’une telle décision sur les quotas communautaires qui seront revus à la hausse. Ainsi, le nombre d’étudiants acceptés en 2e année de médecine sera donc revu légèrement à la hausse par rapport aux prévisions initiales. Bien que cette augmentation soit maigre, elle nous semble constituer un message important pour nos futurs médecins et pour la population.   

 3. Néanmoins, le CIUM tient à rappeler qu'il est temps de publier le cadastre dynamique des médecins afin d'ajuster scientifiquement les quotas pour les années post-2023. Alors que la Ministre De Block l'avait promis à plusieurs reprises et que ce cadastre existe, nous trouvons regrettable que pour des raisons politiques (et probablement communautaristes), il ne soit toujours pas publié. Il est question de la transparence de notre gouvernement quant à l’avenir qu’il donne à notre modèle de planification.  

Le CIUM espère maintenant que cette décision objective et courageuse de la commission de planification soit acceptée par la Ministre et médecin, Maggie De Block. « Dans le cas contraire, le CIUM se tient prêt à mobiliser les étudiants pour qu’ils défendent leur avenir et celui de leurs patients. » prévient Quentin Lamelyn