Formulaire de recherche

La Fédération des généralistes liégeois réclame un nouveau système de garde
14/02/2016 - 12:19

Suite à l’agression d’un médecin à St Nicolas, le Bureau de la Commission Médicale de Liège en concertation avec le Conseil Provincial de l’Ordre a permis aux généralistes de Saint-Nicolas de ne plus se déplacer lors des gardes en soirée, la nuit et le week-end.

La Fédération Liégeoise des Associations de Médecins Généralistes (FLAMG) réclame samedi dans un communiqué que TOUS les conseils provinciaux, l'Ordre national, TOUS les syndicats, le FAG et le Politique se réunissent pour opérer les changements structurels qui s'imposent pour permettre de construire un autre système de garde dans TOUTES les régions. Un système où chacun pourra choisir ce qui lui convient le mieux.

Comme Claude Dawance, Vice-Présidente de la FLAMG  l’avait déjà exprimé vendredi dans MediPlanet « tous les médecins de Saint Nicolas ou d'ailleurs sont en danger, seul(e) la nuit dans TOUTES les régions.» L'avis du commissaire Jamers de la zone de Saint-Nicolas confirme la folie d'envoyer une personne seule la nuit en réponse à un appel d'un inconnu. « Il ne s’agit pas de bienveillance de la police à notre égard mais une manière de nous prévenir qu’il leur est impossible d’assurer notre sécurité et donc un moyen pour eux de se désengager de leurs responsabilités » précise le communiqué de la FLAMG

« Les temps changent, les situations et les mœurs aussi. Il est grand temps de réfléchir ensemble sérieusement et rapidement à un changement profond du système de garde devenu obsolète et surtout trop dangereux puisque personne n'est plus en mesure d'assurer notre sécurité. » poursuit la Fédération des généralistes liégeois.

 Et pas seulement à l'échelle de la province de Liège mais du pays tout entier. Cette obligation de se déplacer la nuit n'a plus lieu d'être, la garde de nuit par un seul généraliste a fait son temps. S'obstiner à continuer ad vitam un système qui n'est plus adapté à notre époque n'a plus de sens aujourd'hui et punir les médecins qui refusent de s'exposer seuls et sans moyen de défense au danger n'est plus admissible de nos jours.« Vous lirez dans la note de la police que cet exercice périlleux est interdit même aux policiers alors que nous, nous sommes punissables si nous refusons de nous mettre en danger » dénonce la FLAMG.

Elle réclame dès lors que TOUS les conseils provinciaux, l'Ordre national, TOUS les syndicats, le FAG et le Politique se réunissent pour opérer les changements structurels qui s'imposent pour permettre de construire un autre système de garde et surtout pour supprimer cette menace de sanctions qui pèse sur les médecins en plus de la menace qui les attend parfois lors de leur sortie seul(e) ou accompagné(e) la nuit.

Dès lors que la police avoue son incapacité à assurer une sécurisation des médecins de garde, la seule réforme possible et de réclamer la suppression de l’obligation de se déplacer et la suppression de la garde de nuit. « Il faut rappeler aux inconditionnels du danger pour eux- mêmes ou pour leur chauffeur que l'abolition de la garde de nuit obligatoire, n'empêchera en rien les médecins qui le veulent de se dévouer et de répondre par un déplacement aux appels de nuit et de jour de leurs patients. Nous leur demandons juste d’être solidaires et de ne pas empêcher ceux qui ne se sentent plus prêts à risquer  leur intégrité physique, celle d’un chauffeur et celle de leur vie de famille de tenter d'obtenir des réformes structurelles et une fin de l'obligation de se déplacer et une fin de l’obligation de garde nuit » conclut la Fédération des généralistes liégeois

Rappelons que MediPlanet a lancé vendredi un sondage pour savoir si les médecins étaient pour ou contre l’abolition de l’obligation de la visite à domicile lors des gardes de nuit. Il est encore temps d'y répondre.

Le bureau de la Flamg est composé de :

Jean-Michel Leva , président

Claude Dawance , vice-présidente

Monique Motquin , secrétaire

Claire Guisset, trésorière

Vandhelsen Guy, webmaster