Formulaire de recherche

Concours en médecine - Pas d'accord politique, les étudiants annoncent un préavis de grève pour la rentrée
18/08/2016 - 05:52

Les étudiants francophones ont déposé un préavis de grève à durée indéterminée pour la rentrée académique, ont-ils annoncé jeudi à l'issue de la réunion entre la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block et le ministre de l'Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles Jean-Claude Marcourt. Leur entretien, qui a duré 1h30, n'a en effet abouti à rien de concret, déplorent l'Unécof (Union des étudiants de la communauté française), le CIUM (Comité interuniversitaire des étudiants en médecine) et la Fédé (Conseil des étudiants de l'ULg).

C'est donc toujours l'incertitude qui domine à l'issue de cette rencontre entre les deux ministres, lesquels précisent que si aucune solution n'a été trouvée, ils allaient toutefois travailler ensemble afin de remédier à la situation. "Nos collaborateurs vont travailler désormais à une solution durable", a déclaré Jean-Claude Marcourt, ajoutant qu'une nouvelle rencontre n'était pas encore prévue.

Le ministre n'a pas voulu s'avancer sur le sort des étudiants en 1ère année de médecine qui ont réussi avec au moins 45 crédits mais qui ne se sont pas placés en ordre utile lors du concours organisé fin juin.

"Le ministre Marcourt doit rassurer les étudiants", a réagi Opaline Meunier, présidente de l'Unécof, avant d'annoncer un préavis de grève pour la rentrée. Elle demande aux deux ministres de préciser leurs volontés et d'enfin communiquer. "Ils ne nous disent rien. Selon la décision du Conseil d'État, tous les étudiants en médecine peuvent accéder à la 2e année s'ils ont obtenu au moins 45 crédits. C'est comme ça, il n'y a pas d'autre choix. Mais ce serait la moindre des choses que M. Marcourt le dise et rassure enfin les étudiants concernés".

La décision du Conseil d'État, vendredi dernier, d'invalider le concours instauré en fin de 1ère année de médecine en FWB, jugeant son fondement juridique (un arrêté royal du fédéral et un autre de la FWB) illégal, a du même coup annulé l'accord politique passé en 2015 entre Maggie De Block et Jean-Claude Marcourt. Chaque année les étudiants diplômés sont plus nombreux que les numéros Inami disponibles. Jusqu'à présent, on piochait dès lors dans la réserve des années suivantes. La ministre de la Santé veut mettre un terme à cette manière de fonctionner. L'accord stipulait donc qu'elle libèrerait des numéros Inami à l'unique condition que le ministre francophone instaure un filtre efficace afin de limiter le nombre d'étudiants. Le filtre étant invalidé, l'accord ne tient plus a fait savoir Mme Block vendredi passé. Tous les étudiants replongent dès lors dans l'incertitude, le numéro Inami étant indispensable pour exercer la médecine.

Les étudiants désirent, à présent, mettre la pression sur le politique et ont donc déposé un préavis de grève. Les actions et le calendrier n'ont pas encore été déterminés. "C'est dans un mois, nous ne savons pas encore comment cela va se passer concrètement mais nous n'allons pas lâcher", explique Opaline Meunier.

Dans l'immédiat, les organisations veulent que tous les étudiants en 1ère année qui ont obtenu au moins 45 crédits puissent accéder à la 2e année. Ils exigent ensuite une solution définitive aux numéros Inami, mettant un terme à l'incertitude qui plane sur ce dossier.